Auf Deutsch In English In italiano ATAN

Projet du port à Granadilla

Peu d'habitants sur l'île de Tenerife, et peu de touristes qui la fréquentent, se doutent de ce qui risque de se produire si le projet de port de Granadilla finit par aboutir. Non seulement ce projet engendrera la destruction de plus de cinq kilomètres de côtes au sud de l'île, tout en ayant à long terme des conséquences néfastes sur les plages les plus emblématiques de l'île, (la Jaquita-Windsurf, el Medano et la Tejita), mais il nécessitera également la mise en place de nombreuses infrastructures afin de canaliser tout ce qui arrivera et ce qui sortira du port (millions de tonnes de marchandise, déchets…). A cela s'ajoute le risque de rejet de combustibles lié à leur transport à grande échelle, la destruction des espèces endémiques protégées par le même gouvernement qui encourage la réalisation du port, la flore et la faune en danger d'extinction se trouvant dans la zone concernée, des sites archéologiques, des zones de pêche ainsi qu'un paysage naturel. Alors que restera-il ?

Des données récentes estiment le coût de revient pour la réalisation de la première phase à 300 millions d'euros alors qu'il n'y a pas de certitude quant à l'obtention d'un trafic quelconque de bateaux pour le port de Granadilla (" tout dépend des négociations et des accords " pour reprendre les propres termes des autorités).

L'étude relative à l'impact du port sur l'environnement a été faite sans rigueur et présente d'importantes lacunes par rapport à un projet de telle envergure, les données ont de plus été manipulées afin de justifier la réalisation du projet.

Alors que les politiciens parlent d'environnement le matin, l'après-midi ils s'empressent de poser une pierre de plus pour la réalisation du projet de port à Granadilla sans en informer la population. Cela dans le seul but d'enrichir quelques personnes. On prétexte que le port de Santa Cruz est obsolète alors qu'on le laisse mourir intentionnellement et qu'il suffit amplement au développement d'une île telle que Tenerife ; qu'il est saturé alors qu'il reste désert toute l'année ; qu'il n'est pas assez grand alors qu'il l'est encore plus que le projet à Granadilla. Santa Cruz doit certes s'ouvrir à la mer mais non pour permettre à certains de miser sur un port de plaisance destiné à des particuliers, sur des restaurants, etc…sinon pour l'intérêt de tous.

Pour toutes ces raisons, nous avons le droit de nous exprimer !

C'est pourquoi, nous vous invitons à consulter et remplir le formulaire de plainte qui se trouve en lien, et l'envoyer ensuite au secrétaire de la Commission Européenne (vous pouvez également y apporter des modifications). Vous pouvez aussi le transmettre à notre association qui se chargera de le faire suivre. Trois possibilités d'envoi, y compris une option en ligne, vous sont offertes.

Si vous voulez en savoir plus ou consulter certains documents, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : atan@teide.net.

Données relatives au port de Granadilla

- Le projet s'étend sur plus de 5 Km de côte actuellement en bon état de conservation (depuis le barranco du Rio Arico jusqu'à Montaña Pelada au Medano).
- La future plate-forme, s'étendra sur la mer sur une distance de 1,5 Km soit une surface de plus de 1 500 000 m2, pour cela il faudra plus de 30 000 000 m3 de matériau de construction provenant des carrières (l'équivalent de 3 fois le volume de la Montaña Roja du Medano).
- Les travaux, pour la première phase s'étaleront, approximativement, jusqu'à 2010 (le projet comprenant trois étapes).
- Le coût est évalué à plus de 600 millions d'euros.
- Les données transmises par des techniciens de l'administration (Environnement) désapprouvent le projet à cause du grave impact sur l'environnement et soulignent qu'il n'existe pas de raisons économiques valables et d'intérêt public justifiant la construction du port industriel de Granadilla.
- Les données transmises par diverses universités espagnoles (point de vue neutre) sont pessimistes et prévoient un grave impact environnemental irréversible.
- Le projet ignore la norme environnementale, aussi bien sur le plan national, régional que communautaire. Tout ceci a été rapporté dans les plaintes présentées par Greenpeace Espagne, ATAN, etc.
- Il y a un manque total de transparence et d'information vis à vis du public sur la réalité de ce projet et certaines informations ont été intentionnellement occultées.

Les conséquences de ce projet

- 5 Km de côte parfaitement conservés disparaîtront engloutis sous le ciment, destruction de plusieurs plages, des formations géologiques, des espèces végétales (destruction d'une importante population en voie de disparition d'Atractilys Preuxiania), des zones de nidification, etc.
- Le projet détruira une vaste zone d'herbiers de phanérogames aquatiques (plante marine) bien conservés à l'heure actuelle et touchera gravement ceux qui se trouvent dans le LIC (lieu d'intérêt communautaire). Il y aura une répercussion très négative sur la flore et la faune marine protégée telle que la tortue Caretta (Caretta caretta), plusieurs grottes protégées seront également détruites, etc.
- Le secteur de la pêche artisanale subira un grave préjudice car une grande partie du poisson péché au sud de l'île vient se reproduire dans cette zone.
- Les plus belles plages naturelles de l'île (El Medano, Montaña Pelada, La Tejita…) seront privées d'un apport naturel en sable. Toutes les plages existant le long de cette zone seront détruites (voir la carte des plages concernées).
- Toutes ces plages ainsi que la partie sud de l'île verra accroître la pollution des eaux et du littoral avec des risques de marées noires. Pendant les 7 années des travaux, l'eau des plages du Medano tout comme celles des plages environnantes deviendra extrêmement trouble.
- Santa Cruz de Tenerife serait la seule province dotée d'un port situé à une distance d'environ 50 Km de la capitale entraînant une déstructuration économique et sociale. Ceci provoquera une surpopulation de la municipalité de Granadilla de Abona liée à l'arrivée en masse de 2000 travailleurs en plus de l'afflux des personnes provenant du port alors que la municipalité n'a pas les moyens suffisants d'y faire face. C'est pourquoi cette zone actuellement touristico-résidentielle risque d'être confrontée à une véritable problématique sociale.
- Hausse des prix.
- Embouteillages sur l'autoroute du sud liés notamment au trafic routier (augmentation de 80 000 camions mensuels) avec une hausse du nombre d'accidents de la route.
- Conditions d'accueil touristique de moins bonne qualité (pollution, problématiques sociales…) Certains tours opérateurs ont d'ores et déjà manifesté leur désaccord quant au projet du port de Granadilla.

Alternatives

- Amélioration des installations portuaires existantes qui ont été délaissées ces dernières années dans le but de justifier la construction d'un nouveau port.
- Mais en réalité, aucune alternative n'est nécessaire puisque le port de Santa Cruz reste vide 90 % de l'année !


Granadilla

Montaña Pelada

Plainte contre le port

- plainte contre le Port à Granadilla

Der Hafen von Granadilla

- Jetzt auch eine deutsche Übersetzung

Granadilla harbour

- Know more about this port
- Complaint against the port

Porto di Granadilla

- Informazione su questo porto, in italiano!

Plans et études

- Plan du port
- Plans de situation
- Plan des plages affectées

Photos

- Infographie du port
- Playa del Vidrio
- Photo aérienne
- Montaña pelada
- Playa de El Tambor
- "Médanos" affectés
- Pétrole sur la côte de El Médano
- Playa de El Río
- Playa de El Médano
- El Médano
- Montaña Roja et ses plages
- Playa de La Tejita
- "Sebadales" de Tenerife

Contacter

- atan@teide.net: on vous répond en français.

Aller à...